« Aide-moi à mettre des limites ! » : Importance des limites et de l’apprentissage de la frustration dans le développement de l’enfant

Depuis plusieurs années maintenant, les rayons des librairies regorgent et débordent de livres au sujet de « l’éducation positive et bienveillante » (parentalité positive ou psychologie positive), on entend à la radio et à la télévision énormément d’experts prônant ce style éducatif tendance et bon nombres d’articles ou d’outils sont exposés à ce sujet sur la toile.

Source : C. Goldman (2020)

Ce courant éducatif existe depuis 2006 mais c’est notamment les découvertes récentes des neurosciences qui ont permis de faire émerger ces thèmes et qui ont appuyé l’effet de mode. La parentalité positive vise une ambiance bienveillante et sereine à la maison afin d’éviter les crises de colère, les oppositions et les punitions incessantes. L’objectif premier de ce courant est d’inviter le parent à écouter et respecter les besoins de l’enfant pour permettre à ce dernier d’avoir confiance en lui, à parler de ses émotions, à communiquer dans le respect et reconnaître ce que les autres ressentent. Une importance essentielle est accordée à la place de l’empathie dans la communication. Selon la parentalité positive, un enfant qui se comporte mal cherche à exprimer un besoin.

Mais force est de constater que la démocratisation et l’effet de mode autour de ce courant éducatif rime trop souvent avec approximation voire désinformation sur le sujet  et que trop souvent, « désir » et « besoin » sont confondus. Beaucoup pensent dès lors que la parentalité positive est une méthode permettant d’obtenir les mêmes résultats que l’éducation traditionnelle avec des méthodes douces, confondant ainsi parentalité positive et laxisme, absence de limites ou absence de toute frustration. Ajouté à cela le fait que notre société qui est plongée dans une course à la performance et à la consommation, se montre très intransigeante envers les parents, déclarés coupables de tous les maux de leurs enfants. 


Perte de repères pour les parents 

En conséquence, nous rencontrons régulièrement en consultation au 213 Centre thérapeutique, bon nombre de parents épuisés, déprimés ou en burnout parental. La barre étant placée trop haute, ces derniers se sentent rapidement incompétents et culpabilisent de ne pas y arriver; se sentant dupés et en ayant l’impression d’avoir pourtant appliqués tous les outils qu’ils ont lu, entendu ou qu’on leur a conseillé « pour être des parents parfaits ».  Car oui, c’est ce que notre société leur demande en filigrane.

Certains parents craignent ainsi de perdre l’amour de leur enfant s’ils lui opposent une limite, un refus. En réalité, nous allons le voir, même s’ils les accepte mal, l’enfant est rassuré par des règles claires et fermes. Une absence d’interdits ou des règles qui changent sans cesse, ou qui sont respectées selon l’humeur, insécurisent l’enfant et ne lui donnent pas l’assise nécessaire pour aller de l’avant. Le parent se retrouve lui-même rapidement en perde de repère et pris à son tour dans insécurité dans sa fonction parentale.

D’autres parents craignent de jouer le « mauvais » rôle auprès de l’enfant s’ils se montrent personnellement plus sévères ou plus stricts que l’autre parent. C’est oublier que les rôles parentaux sont complémentaires, asymétriques et que c’est dans la différence que l’enfant se construit. L’unité de point de vue des parents quant aux limites est bien évidemment importante, mais l’enfant peut comprendre que les règles divergent dans ses différents univers de vie. 

Source : C. Goldman (2020)

D’autres parents encore en situation de séparation conjugale par exemple, préfèrent laisser tout faire à l’enfant, estimant qu’il vaut mieux préserver de tout conflit le peu de temps passé ensemble. Cette attitude qui peut être compréhensible est, pour l’enfant, une occasion manquée de construire sa sécurité de base. 

Mais à quoi servent alors les limites dans le développement de l’enfant ? Quelles sont les conséquences pour l’enfant si celles-ci ne sont pas intégrées ? Qu’en est-il des règles et des sanctions ? Nous vous proposons de parcourir cela ensemble ci-dessous. 

A quoi servent les limites et la frustration ?

Parentalité positive ne rime donc pas avec absence d’apprentissage de la frustration, absence de limites, de cadre et de structure. Notre société est en effet faite de règles et est organisée selon un cadre délimité et structuré. Il est essentiel que les enfants qui arrivent au monde soient accompagnés dans cet apprentissage afin qu’ils puissent s’appuyer sur la structure et limites familiales comme repère pour les aider à se constituer et à développer leur propre sécurité interne pour fonctionner dans le monde et ainsi pouvoir s’adapter aux autres et au monde social et entrer dans les apprentissages et la vie active. 

Repères et interdits sont ainsi nécessaires et même essentiels au développement de l’enfant. Ne pas les leur transmettre, peut les exposer à des difficultés, nous le verrons plus loin. Beaucoup d’enfants aujourd’hui se retrouvent malheureusement face à du vide, dans une vie sans repères, ni boussole, dans un monde qui n’est plus balisé par rien, faute d’adultes capables d’en expliquer clairement les lois et de garantir, qu’elles soient respectées (très souvent, eux-mêmes pris dans une société en perte de repères et de sens).

Les limites ont une fonction dans le développement du narcissisme : Pour grandir, un enfant a besoin de ses parents. Avancer, grandir suppose que l’enfant remette, à chaque étape, ses cartes en  jeu, qu’il accepte de quitter le palier confortable, agréable et rassurant qu’il a atteint, et se risque pour gagner l’étage supérieur. Cela implique aussi une capacité à affronter une incompétence momentannée avec ce que cela suppose de frustration. Lacher la sécurité rassurante nécessite un coup de pouce des parents. Lorsqu’un enfant voit son parent hésiter ou silencieux, il interprète souvent cela comme une preuve qu’il ne le croie pas capable de « mieux » et cela peut influer sur la construction de son narcissisme, du sentiment qu’il a de sa valeur. C’est en affrontant les difficulté et en se prouvant à lui-même qu’il peut les surmonter qu’un enfant acquiert une confiance en lui. Si on ne réussit jamais rien, comment être fier de soi ? 

Les limites ont une fonction dans le développement de l’estime de soi : L’enfant sans limite, qui passe son temps à transgresser se sent constamment décevant et peut en retirer une  image négative de lui-même. Ce sont très souvent des enfants qu’on ne supporte plus, avec qui on a pas envie de passer un moment parce qu’on sait à quel point cela sera compliqué. Vous pouvez dès lors imaginer à quel point cela peut renvoyer une image négative de lui-même à  l’enfant.

Les limites ont une fonction dans le développement des liens sociaux : Face à des enfants qui n’ont pas intégré de limites, la proximité est souvent remplacée par la peur et le partage est remplacé par la violence. Il n’y a plus de moment agréable passé avec l’enfant, car les émotions de plaisir sont trop mélangées avec la colère (pour ce qu’il a fait),  la tristesse (d’en être arrivé là) et la peur (de l’avenir). Le lien à l’autre peut alors se desserrer peu à peu.  Par ailleurs, si on ne pose jamais de limites à un enfant cela peut impacter ses liens avec les autres. Durant toute sa vie, ses relations avec les autres activeront l’excitabilité de l’enfant puis de l’adulte qu’il deviendra. Il devra se retenir de flamber en répondant avec les poings, de livrer le fond de sa pensée aux professeurs, de séduire la fiancée de son meilleur ami, etc. L’apprentissage de la frustration lui épargnera de buter éternellement contre l’insatisfaction inhérente à toutes relations humaines, qu’elles soient intime ou sociale. 

Les limites ont une fonction dans le développement la sa sécurité interne : Un enfant ne peut pas se sentir protégé par des adultes qui n’arrivent pas à lui imposer à lui, la moindre règle. Par ailleurs, l’enfant a besoin d’accéder à la compréhension des lois sociales. Ces règles ne s’apprennent pas à 12 ans mais bien à partir de 2 ans. Ce qui  permet à un adolescent d’être dans la loi, c’est-à-dire de résister aux tentations du monde et surtout au « pulsionnel » en lui, à l’envie animale et normale de prendre, frapper, etc. c’est d’avoir appris à le faire pas à pas depuis toujours.  Pas seulement au travers de bonnes paroles mais  au travers d’actes, de règles posées dans le quotidien à propros de toutes les choses de la vie. 

Source : C. Goldman (2020)

Les limites ont une fonction dans le développement des aptitudes attentionnelles : en effet, ne pas poser de limites à un enfants peut, à termes, impacter ses apprentissages et aptitudes attentionnelles.

Enfin, il est important de savoir que sur du long terme, un enfant qui n’a pas intégré des limites suffisamment structurantes et qui n’a pas pu apprendre à accepter la frustration, peut développer des symptômes invalidants comme des difficultés d’apprentissage ou de socialisation, des problèmes de comportement ou encore, des retards du développement.

Règles et apprentissage

Il existe plusieurs types de règles, chacune à sa fonction. L’ensemble des règles ci-dessous permettent à l’enfant de vivre en sécurité, de grandir en développant ses compétences et de s’ouvrir aux autres.

  • Les règles qui assurent la protection de l’enfant : Il y a des règles qui protègent l’intégrité physique de l’enfant (ex : « tu donnes la main quand on traverse la rue », « tu te tiens à la rampe dans les escaliers »)
  • Les règles qui répondent aux besoins vitaux : L’enfant a besoin d’être protégé, nourri, éduqué, soigné et aimé. L’enfant a également besoin de pouvoir s’attacher à ses parents et de sentir que ceux-ci l’aiment. Il a besoin de savoir qu’il a sa place dans la famille.  Il a besoin que ses parents l’encouragent à découvrir de nouvelles choses. Enfin,  il a besoin non seulement que ses  parents le félicitent  lorsqu’il réalise ses exploits mais aussi qu’ils interviennent lorsqu’il fait des bêtises. 
  • Les règles qui permettent la vie en société : les règles de vie en société assurent le respect des autres et permettent la vie en communauté et les relations aux autres. Ces règles servent à apprendre comment faire pour vivre ensemble. Même s’il n’est pas toujours facile et agréable pour les parents de rappeler les règles, c’est le meilleur moyen pour apprendre à leur enfant à vivre en société. 
  • Les règles de politesse qui  sont des signes de respect entre individu. 

Il existe par ailleurs, une hiérarchie dans les règles. Celles qui sont par définition indiscutables comme les règles garantes de la sécurité physique et psychologique de l’enfant et des autres. Tout le monde y est soumis, l’adulte aussi. Les règles plus relatives qui sont propres à chaque famille, à chaque situation. Elles reflètent les valeurs, les façon de faire,  la culture de la famille. Il va évidemment de soit qu’il est essentiel d’adapter les règles à l’âge et aux besoins de  l’enfant et qu’il convient toujours de se demander si ce que l’on demande à son enfant lui est adapté ? 

Le respect de la règle est un apprentissage au long cours.  Avant l’âge de 3 ans, l’enfant ne comprend pas vraiment le sens des règles : pourquoi certaines choses sont permises et d’autres interdites. C’est parce qu’il se sent  protégé et aimé par ses parents (ou  des adultes proches de lui) qu’il  les respecte. Retenons par ailleurs que l’enfant apprend en faisant des expériences, c’est pourquoi il tente de tester les limites : sont-elles vraiment importantes ? Pourquoi ? Les autres enfants les respectent-elles ?  Les adultes les respectent-elles ? Il faudra lui répéter très très souvent chaque règle et lui en donner le sens. Ce n’est pas parce qu’un enfant connaît une règle  qu’il va nécessairemment l’appliquer. Progressivement, il intègrera  le pourquoi des règles et pourra les faire siennes. Il les adoptera même en l’absence de l’adulte car il en comprendra l’utilité, mais il faudra beaucoup de temps et s’armer de patience. La  tâche de poser des limites est un travail quotidien, il faut tenir la distance, maintenir le cap chaque jour, ce n’est pas simple !  

Sanction, punition ou conséquence ?  

Source : C. Goldman (2020)

Il nous semble essentiel qu’un enfant puisse apprendre que l’absence du respect d’une règle entraine des conséquences. Il est certes important d’expliquer et de répéter la règle à un enfant mais à un moment donné, il importe d’agir. Appliquer la sanction (ou la conséquence) annoncée donne un fondement à nos paroles. Ce n’est pas sa personne qui est sanctionnée,  mais son acte ou son comportement. 

Il arrive très régulièrement que soit confondu « éducation » et « parole ». « Nous lui avons répété mille fois de ne pas jeter ses jouets à travers la pièce lorsqu’il est fâché et pourtant, il continue !« . Expliquer le pourquoi  d’un interdit et son importance est en effet fondamental pour un enfant mais comment celui-ci pourrait-il croire à cette importance s’il peut,  de façon répétitive, transgresser la règle sans que rien ne se passe ? Sans conséquences ? Marquer par une punition la gravité de la transgression c’est, pour les parents, mettre leurs paroles en accord avec leurs actes. Ce n’est pas se montrer maltraitant comme peut le laisser penser notre société mais être cohérent dans sa parentalité. Il y a bien entendu des balises à respecter :

  • L’enfant doit savoir quelle conséquence sera appliquée si la règle n’est pas respectée. 
  • La conséquence doit venir rapidement après l’acte, sinon, elle perd de son sens auprès de l’enfant. 
  • Elle doit être limitée dans le temps (après la conséquence le dialogue se rétablit).
  • Elle doit être adaptée aux capacités de  l’enfant, à son développement, à son âge.
  • Elle doit être juste, tenir compte des circonstances atténuantes ou aggravantes.
  • En aucun cas la conséquence d’un non respect de règle ne doit porter atteinte à l’intégrité corporelle de l’enfant. 
  • Elle ne doit jamais l’humilier ni être une vengeance (intégrité psychique). 

On peut être en ferme tout en restant chaleureux dans la relation avec l’enfant. 

Conclusion 

Dès sa naissance,  l’enfant abesoin d’un cadre et de limites autant que de liberté et d’autonomie. Cette réalité de limites et de frustrations se prolonge tout au long de la vie. Elle s’impose entre autres afin de réguler besoins, désirs, réalités, etc. composantes inhérentes à la condition humaine. Aider l’enfant à grandir est un rôle complexe qui renvoie tous les parents à des sentiments contradictoires : d’un côté, le désir de préserver leur tout-petit, de l’autre, l’envie qu’il acquiert son autonomie au plus vite. 

L’enfant explore le monde qui l’entoure, d’abord dans le cocon familial, puis progressivement en dehors  de la famille. Dans cette exploration, dans ces découvertes, il sera confronté à  la réalité. L’éduquer,  c’est lui  donner un cadre sécurisant à l’intérieur duquel il est intéressant de grandir, même si cela comporte la frustration de certains désirs. Nous espérons que vous êtes maintenant convaincus que le manque et la  frustration, permettent à l’enfant de grandir, d’apprendre et de se construire.

Enfin, dans notre société actuellement, désirs et besoins ont tendance à se confondre de plus en plus ; situation qui n’aide pas les parents dans leur tâche éducative. Notre société prône la consommation comme gage de bonheur absolu et cela nous fait oublier que, pour se construire, l’enfant doit consentir à renoncer, qu’il s’agit là d’un impératif de son fonctionnement psychique. 


Zoé Campus
Zoé Campus

Psychologue clinicienne ~ Thérapeute du développement ~ Thérapeute par le Jeu et la Créativité